Au bord d’automnes

ASCA : Au bord d’automnes
Journal 2008


Quatrième de couverture 
«Seize heures viennent de sonner. Je suis dehors, le temps est vraiment à l’automne. Elle est la saison des déclins, mais aussi celle de la maturité. C’est pour cela que j’ai appelé mon journal de 2008 Au bord d’automnes (si ce titre reste). Il y avait pour moi plusieurs choses qui se terminaient cette année-là, et d’autres qui m’apparaissaient dans un certain état d’accomplissement ; « mûres », si je puis dire. Enfin, c’était peut-être voir de façon quelque peu optimiste, et dans les deux ordres. Mais qu’importe… Et cet automne-ci, qu’apportera-t-il encore ? » ASCA, journal 2017, 21 octobre.

Ce titre est resté.

AUTEUR :                                                                                                                         ASCA est un auteur qui publie son journal intime sous pseudonyme. En 2006, il commence à tenir son journal de façon régulière. Au bord d’automnes est le premier volume de son journal qu’il a décidé de publier (année 2008).

DESCRIPTION :                                                                                                                     Il est difficile de présenter une écriture faite de variations, de contrastes et de contradictions. À travers la forme du journal, ASCA saisit des instants sur le vif ; des instants éprouvés. Son style, ses sensibilités et ses goûts leur donnent une saveur à part, une justesse et un rythme propre.                                     L’indépendance, la beauté et ses nombreuses formes, le refus de la médiocrité, la poésie du regard, sont autant de thèmes qui traversent ce livre. Celui de l’écriture est aussi présent ; et ce premier volume annonce par exemple ce qu’est le journal pour l’auteur : « 19 août. Certains s’étonnent que l’on puisse tenir un journal, et s’horrifient de trouver des individus tant centrés sur eux-mêmes (selon leurs perspectives). Si on prend le « je » dans un sens restreint, c’est-à-dire commun, il n’y a déjà rien à justifier. Avoir un monde à soi devrait être le propre de chaque individu. Mais de plus, le « je » qui s’exprime est aussi, d’un point de vue plus profond, une fiction agréable. Tout traverse et « je » raconte cette traversée. », p. 100.

EXTRAITS :                                                                                                                           « Les champs de tournesols. Aujourd’hui ils baissent la tête. » p. 107.

« Mardi 21 octobre. Tôt ce matin, à la gare, j’ai vu deux sourds-muets se racontant visiblement des choses. Je me suis soudain dit : quel monde merveilleux ! Pas de bruit, pas de brouhaha ! Puis un frisson me parcourut : ils n’ont pas la musique… » p. 136.

« Éclats de beauté. Tant qu’ils demeurent, je serai sauf. » p. 56.

« La nuit revient, l’angoisse avec elle. Penser à Marc Aurèle : ce ne sont pas les choses qui nous touchent mais les idées, les sentiments que l’on fabrique à partir d’elles. » p. 113.

————

  Paru en juin 2019, 190 pages ; 21,00 x 13,00 cm ; broché                                             ISBN 978-2-491008-00-0                                                                                                       Prix : 11 euros

Boutique

Retour au catalogue